Le "recrutement social", efficace ?

Le "recrutement social", efficace ?

Avec l'avènement du social, mobile, cloud et big data, les pratiques du recrutement connaissent une évolution d'une rapidité sans précédent. Afin de garder leur avantage compétitif, les entreprises doivent pouvoir adapter leur stratégie de gestion des talents et recrutement en détectant, développant et fidélisant les meilleurs éléments.

« Il paraît logique et stratégiquement intéressant d’être là où nos cibles sont. Avec le développement des réseaux sociaux et d’Internet, les manières de recruter changent aussi », explique Franck La Pinta, responsable marketing Web et RH 2.0 à la Société Générale.

Cependant, une présence sur les réseaux sociaux favorise-t-elle l’embauche ? C’est sur cette question que s’est penché StepStone, qui a publié début décembre une étude intitulée " Quel retour sur investissement du recrutement via les réseaux sociaux en Europe en 2013 ? ".
Cette étude montre qu'en règle générale, les réseaux sociaux ne permettent pas aux entreprises de recruter, car seuls 2 % des postes vacants sont pourvus grâce aux réseaux sociaux, contre 24 % pour les ressources internes et 21 pour les sites d'emploi.

« Les réseaux sociaux sont plutôt un canal supplémentaire à utiliser parallèlement à d’autres supports de recrutement », ajoute le cabinet spécialisé.
Ainsi, 73% des entreprises les exploitent pour estimer le profil des candidats : dans la moitié des cas, les informations publiées par ces derniers ont influencé positivement la décision d’embauche, tandis que dans 25% des cas, elles ont été un motif de rejet des candidatures.

Les réseaux sociaux professionnels sont donc encore considérés aujourd'hui plus comme un canal de recrutement s’ajoutant aux annonces traditionnelles ou aux CVthèques. Mais même si le recrutement social reste une pratique marginale, elle se développe de plus en plus. A suivre...